13 Sep 2018

“Il faut laisser à la société civile plus de droit à l’initiative et à l’expérimentation” (Cynthia Fleury)

Vivons-nous les transformations que nous souhaitons ou subissons-nous les mutations disruptives d’un monde en éternel mouvement ? Vouloir changer le monde pour un avenir meilleur implique un réel souci de l’autre et de la nature qui, par essence, ont besoin l’un de l’autre pour l’épanouissement, voire l’apaisement, des consciences. Faire l’expérience de la nature et renouer avec elle pour éviter le développement du phénomène d’amnésie environnementale : un enjeu majeur pour les générations à venir.

LA TRIBUNELes nouvelles technologies, par les transformations parfois radicales qu’elles imposent, entraînent des réactions frontales en mal d’adaptation. Or ces transformations, envisagées comme outils, participent à la mise en oeuvre d’un changement souhaitable. Entre utopie et désir d’un monde meilleur, comment peut-on envisager le changement face aux mutations imposées ?

(lire la suite)

0 Comment

Leave a Comment

Your email address will not be published.